IMG-LOGO
Art versus Société : l'art doit changer le monde / Sous la direction d'Hervé Fischer / Vol.18 N.3 2020

United in Mail Art : Unis dans le mail art *

Hans Braumüller

magma@analisiqualitativa.com

Hans Braumüller est peintre et poète visuel, il est actif aussi dans le mail art, le web et s’adonne à des projets artistiques en réseau. Né au Chili en 1966, il a fait ses études à Hambourg, Allemagne. Retourné au Chili de 1987 à 1992, il obtient sa licence en beaux-arts en 1991 à l’Universidad de Chile, Santiago et collabore au magazine et au collectif de jeunes artistes La Preciosa Nativa. De 1991 à1992 il réalise le projet 500 ans de colonialisme et de génocide ; 1992 à 1995 il développe son projet Aidez-moi à peindre en envoyant des fragments de sa peinture : échange par la poste avec plus de 160 artistes aux interventions multiples. En 1996 il publie le portofolio Hommage à Guillermo Deisler. En 1998 il fonde la plateforme artistique en ligne www.crosses.net, développant et documentant divers projets tels que mankind.crosses.net et corn.crosses.net. En 1998, il rejoint le groupe international de mail art AUMA - Urgent Action Mail Art. En 2000, il présente le projet d’art en réseau Cruces de la Tierra (earth.crosses.net/) au Musée d’art contemporain de Santiago du Chili, un hommage à tous les peuples indigènes. En 2019 il publie l’Artist Matter Zine #1, sur la poésie visuelle et l’art postal en collaboration avec ses partenaires de réseau locaux et mondiaux (artistmatter.crosses.net).

 

Ruggero Maggi

magma@analisiqualitativa.com

Ruggero Maggi est un artiste et commissaire d’exposition italien. Il a participé à la 49°/52°/54° Biennale d’art de Venise et à la Biennale d’art de Sao Paulo en 1980. Ses intérêts artistiques dominants sont : la poésie visuelle et les livres d’artistes (Non solo libri Archive) depuis 1973, le copy art et le mail art depuis 1975 (Archive Amazon - 1979), l’art laser depuis 1976, l’holographie depuis 1979, l’art chaotique, basé sur la théorie du chaos, des fractales, de l’entropie depuis 1985. Parmi ses projets, installations et expositions on peut citer l’installation in situ Underwood de 2006 au GAM de Gallarate (VA), l’exposition Camera 312 - promemoria per Pierre à la. Biennale de Venise de 2007, une installation in situ consacrée au vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin en 2009, GenerAction, Mail Post.it Art project - à l’Università del Melo Visual Art Gallery - MAGA Contemporary Art Museum Gallarate (VA) de 2010 à 2017, son action Pavillon du Tibet à la Biennle de Venise en en 2011/13/15/17/19, sa participation à la Bienal del Fin del Mundo en Argentine,  sa participation en 2018 au Castello Visconteo Pavia, Poetry and Pottery - CAMeC Contemporary Art Center - La Spezia (www.ruggeromaggi.com).

 

Clemente Padin

magma@analisiqualitativa.com

Clemente Padin est né à Lascano, Rocha, Uruguay en 1939. Poète, artiste et graphiste expérimental, interprète, conservateur, vidéaste et très actif animateur de l’art postal puis sur les réseaux sociaux. Licencié en lettres de l’Universidad de la República Oriental del Uruguay. Il a dirigé, entre autres, les magazines Los Huevos del Plata et OVUM 10 entre 1969 et 1975. Il a exposé individuellement aux États-Unis, en Italie, en Corée du Sud, en Argentine, en Uruguay, en Allemagne, au Mexique, en Espagne, au Canada, en République dominicaine, au Pérou, au Brésil, en Belgique et au Japon. Entre autres distinctions, il a été invité à la 16e Biennale de Sao Paulo (1981) et à la Biennale de La Havane (1984 et 2000), à Cuenca, en Équateur (2002) et à la 2e Biennale d’art de Thessalonique, en Grèce, (2009). Bourse de l’Académie des Arts et des Lettres d’Allemagne (1984). Il a donné des séminaires sur la poésie expérimentale, la performance et l’art postal dans le monde entier. Il a enseigné à l’IUNA de l’URBA, à Buenos Aires, en Argentine, dans le cadre du cours de troisième cycle "Langues artistiques combinées". Il a rejoué des centaines de fois son spectacle "La Poesía Debe Ser Hecha por Todos" - La poésie est l’affaire de tous - (la première à Montevideo en 1970) et est l’auteur de 25 livres et de centaines de notes et d’articles. Il a eu plus de 20 expositions individuelles et participé à plus de 500 expositions collectives dans le monde entier. Il a été récompensé par le prix Pedro Figari pour sa carrière artistique dans son pays, l’Uruguay, en 2005. Ses archives se trouvent dans les archives générales de l’UDELAR, à Montevideo, en Uruguay, et sont accessibles aux chercheurs et aux étudiants. Il a reçu le prix 400 ANS de l’Université nationale de Córdoba, Argentine, en 2015 et le prix d’honneur Bernard Heidsieck du Centre George Pompidou en 2019, à Paris, France.

 

Chuck Welch

magma@analisiqualitativa.com

Chuck Welch (alias CrackerJack Kid) est bien connu au sein du mouvement international de mail art en tant qu’artiste, commissaire d’expositions et écrivain. Il a obtenu une bourse Fulbright et une bourse NEA Hilda Maehling. De 1980 à 1995, Welch a collaboré et correspondu fréquemment avec Ray Johnson, « père du mail art » et fondateur de la New York Correspondence School. En 1995, il a créé le premier musée d’art virtuel du World Wide Web, The Electronic Museum of Mail Art (EMMA). Il est l’auteur de deux livres classiques sur les réseaux d’de mail art : Networking Currents, Mail Art Subjects and Issues, Sandbar Willow Press (1985) et Eternal Network : A Mail Art Anthology, University of Calgary Press (1995). L’archival mail art index de 1 600 pages de Welch, les documents de recherche, la bibliothèque de mail art et la Smithsonian Artistamp Collection ont récemment été acquis par la Smithsonian Institution, Archives of American Art. Actuellement, il écrit un livre sur l’art postal et son histoire des timbres-poste.

 

Abstract

United in mail art est une étude historique de l’art postal depuis ses origines jusqu’à nos jours. Le texte cosigné est un projet d’écriture collaborative de sept mois créé par quatre artistes postaux éminents de trois continents : Hans Braumüller (Allemagne), Ruggero Maggi (Italie), Clemente Padin (Uruguay) et Chuck Welch (États-Unis). Parmi les sujets abordés, citons le premier « ism » du mail art, le néoisme, le défi du mail art en Amérique, la survie des artistes, les projets d’art postal en Asie-Pacifique, en Australie, en Europe et en Afrique, les zones de mail art, les archives et le passage des médias de mail art de la communication analogique à la communication numérique. Les illustrations proviennent des collections d’art postal de chaque auteur et présentent des projets importants, des performances, des publications, des timbres et les premiers sites de mail art en ligne. « Le document United in mail art rapporte la naissance et le développement de cette forme d’expression artistique connue sous le nom de MAIL ART,  sans aucun doute, la plus importante par rapport au nombre de participants, l’extension - à la fois spatiale et temporelle - et, tout cela, en dehors de l’industrie de l’art ... qui ne s’explique que par sa finalité avouée de travailler en dehors du domaine du commerce, en privilégiant la communication et la maîtrise de l’utilisation (et non de la valeur d’échange) ... donc elle ne mourra jamais. Pour une véritable communication, deux interlocuteurs suffisent à exercer leur rôle social » Clemente Padín, Montevideo, 21.05.2020.

 

IMG

Guillermo Deisler, 500 ans de génocide & de colonialisme.
Issue #1, Assemblage magazine publié par Hans Braumüller, Chili, 1991.

Historique

 

Le mail art, alias art postal, est apparu au cours des années 1960. Cette forme de communication artistique a été influencée par les attitudes conceptuelles de Fluxus qui fusionnent la vie avec l’art. Les artistes de Fluxus étaient des compositeurs, concepteurs, éditeurs et poètes internationaux qui, sous la direction occasionnelle de l’artiste lituanien américain George Maciunas, ont créé des listes de diffusion, des timbres, des cartes postales expérimentales et des kits postaux.

 

En 1970, la banque d’images canadienne de Michael Morris, Vincent Trasov et Lee Nova a encouragé les premiers projets de mise en réseau en utilisant le courrier international comme canal. Deux ans plus tard, dans la Pologne sous contrôle communiste, 26 artistes de l’art postal et de Fluxus ont signé un « Manifeste du Net » appelant à un échange de réseaux décentralisé, ouvert et non commercial. Le projet en neuf points a été coordonné par Jaroslaw Kozłowski et Andrzej Kostołowski jusqu’au moment où l’appartement de Kozłowski’s a été perquisitionné par la police d’État de la Pologne.

 

IMG

Artpool’s Espace Ray Johnson - Exposition au festival international Art Room, 21-28 Septembre 1986, Caserme Rosse, Bologna, Italie. Organisation de l’exposition et affiche de György Galántai, courtoisie de Artpool Art Research Center.

 

Un échange de lettres plus intime, de personne à personne, a précédé Fluxus, Image Bank, et le Net Manifesto dans les correspondances et les moticos (collages) du pionnier du Pop Art, Ray Johnson. En 1945, Johnson quitte sa maison de Detroit, dans le Michigan, et se rend en auto-stop au Black Mountain College de Caroline du Nord, où il est accueilli par le célèbre artiste et professeur du Bauhaus, Josef Albers. En 1960, il envoie des œuvres d’art à des centaines de participants, dont de parfaits inconnus, des critiques d’art et des amis du Pop Art de l’establishment artistique de New York. Ed Plunkett, un ami proche de Johnson à New York, a créé la New York Correspondance School of Art pour définir les activités de mailing de Johnson, un terme que Johnson a adopté, pour se moquer de l’école d’art de l’expressionnisme abstrait créée par Willem de Kooning. Dans le même esprit, Ray Johnson a créé des « riens » pour se moquer des événements d’Allan Kaprow.

 

Ray Johnson n’a jamais prétendu avoir inventé le terme Mail Art. Au contraire, il a été créé en 1971 par le commissaire d’expositions et critique d’art Jean-Marc Poinsot dans son livre Mail Art : Communication à distance concept. Dans le numéro de janvier/février 1973 d’Art in America, l’art postal est apparu dans un article de magazine intitulé Historical Discourse on the Phenomenon of Mail Art du poète américain David Zack, qui, avec Roy DeForest, a fondé le mouvement artistique Funk en Californie.

 

En 1970, le Whitney Museum of American Art a reconnu l’importance de la New York Correspondance School (NYCS) de Ray Johnson dans le cadre d’une exposition d’art par correspondance consistant uniquement en des invitations de Johnson à d’autres personnes. Plusieurs artistes Fluxus éminents considéraient Johnson comme le « père du mail art », et bien que Johnson ait opté pour des performances ne consistant en « rien » lors de plusieurs événements Fluxus, il ne s’est jamais considéré comme un artiste Fluxus. Il n’aimait pas non plus que son « école » soit considérée comme un « réseau ». Robert Filliou, artiste Fluxus, enseignant, philosophe, a conçu le « mail art » comme un « réseau éternel », dont l’accès est ouvert à tous, qu’ils soient artistes ou non. On peut voir ici une référence au terme « Fête Permanente / Eternal Network ».

 

IMG

Ruggero Maggi, Ray Johnson, Add & Send Back, 1979/2019.

Le mail art s’est développé et est devenu un « réseau décentralisé » de plusieurs milliers d’artistes internationaux en partie grâce aux projets et aux listes de diffusion diffusés par les plus jeunes membres de Fluxus Art, Ken Friedman, sur la côte ouest et Dick Higgins sur la côte est. En avril 1973, le Joslyn Art Museum d’Omaha, dans le Nebraska, a accueilli le projet de mise en réseau à l’échelle de la ville et de la région de Ken Friedman, Omaha Flow Systems. Ce projet de mise en réseau du mail art, qui a fait date, a permis à des milliers d’artistes de contribuer au mail art sans juge ni jury, un aspect important du mail art qui survit aujourd’hui. En outre, le public a été encouragé à retirer les œuvres de mail art des murs et à remplacer les espaces vides par leurs propres créations de mail art. L’éminent pionnier américain de l’art d’assemblage, Robert Indiana, a contribué à l’échange de ses œuvres dans les Omaha Flow Systems, tout comme la pionnière féministe de l’art postal de New York, May Wilson, une proche correspondante et amie de Ray Johnson.

 

Au cours des années 1970 et au début des années 1980, l’école de Ray Johnson a connu un grand succès, bien que Johnson ait prétendu l’avoir « tuée » dans une publicité du New York Times en 1973. Les projets internationaux de Fluxus ont prospéré, tout comme le groupe d’artistes canadiens General Idea. Les Mendocino Area Dadaists et les Bay Area Dadaists de San Francisco, Anna Banana, Bill Gaglione, Buster Cleveland, Lon Spiegelman, Tim Mancusi, Monty Cazazza, Opal Nations, Pat Tavenner, Genesis P-Orrige et Ginny Lloyd, entre autres, sont également actifs.

 

Le premier « isme - néoisme » de mail art

 

La naissance du Néoisme a commencé en 1979 lorsque l’émigré hongrois Istvan Kantor a conspiré avec les petits poètes/éditeurs de zine Al Ackerman et David Zack. Ensemble, ils ont lancé une stratégie de partage d’identité de pop star ouverte basée sur le personnage fictif, Monty Cantsin. Depuis son origine à Portland, Oregon, le Néoisme s’est répandu en Europe dans les années 1980 et s’est transformé plus tard en identité partagée de Karen Eliot choisie par l’écrivain britannique Stewart Home. Les néoistes de Montréal, New York, San Francisco et Baltimore ont publié des manifestes, des prospectus, des bulletins et des numéros de Smile Magazine en utilisant le réseau du mail art comme système de distribution : une coexistence difficile entre ces deux mouvements hétérogènes. Une autre identité collective qui se manifestait en Italie était celle de Luther Blissett, dont le « zéro porteur » était le nom d’un joueur de football responsable d’une prestation malheureuse dans une équipe de Milan.

 

IMG

Clemente Padín, 1980. Voir: pan-paz.crosses.net.

IMG

Elías Adasme, Art-Action au Chili, Santiago de Chile 1979.

Le défi du mail art en Amérique

 

Dans les années 1970, les débuts du mail art des deux Amériques ont été caractérisés par la façon dont les artistes postaux ont résisté au statu quo culturel et politique. Alors que les artistes postaux nord-américains se rebellaient contre le formalisme, la célébrité, la mode, les musées, les galeries, les critiques et les institutions, les artistes postaux latino-américains résistaient et subvertissaient les régimes répressifs avec un défi clandestin. L’objectif des créateurs latino-américains n’était pas de déterminer l’identité personnelle, mais de permettre des stratégies ouvertes et interdisciplinaires, et d’établir une communauté locale et mondiale, un acte politique en soi. En Amérique du Nord, l’acte le plus radical de Ray Johnson a été de libérer l’art marchand en faisant don ou en troquant l’art par le libre-échange, mais en Amérique latine, l’art postal a été un combat révolutionnaire dans lequel les artistes postaux ont été emprisonnés, torturés, exilés ou assassinés.

 

Edgardo Antonio Vigo (1928-1997), Clemente Padín, Paulo Bruscky et Graciela Gutiérrez Marx (Argentine) ont été les premiers concepteurs latino-américains. Il faut souligner aussi les démarches de l’artiste germano-uruguayen Luis Camnitzer et l’artiste argentine Liliana Porter à Buenos Aires, 1968. Il convient également de noter Pedro Lyra au Brésil qui, en 1970, a publié un manifeste sur l’art postal. En Amérique latine, l’art postal a été institutionnalisé par les premières expositions réalisées par Clemente Padín en Uruguay (1973), Edgardo Antonio Vigo, en Argentine, et Paulo Bruscky, au Brésil (1974).

 

En 1976, le fils d’Edgardo Vigo, Palomo, a été victime de l’État militaire terroriste de droite argentin dans lequel des milliers d’étudiants, de journalistes et de militants ont été tués ou ont « disparu ». Cette même année, Vigo a écrit Mail Art : A New Phase in the Revolutionary Process of Creation, dans lequel il décrit le mail art comme une histoire alternative de l’art. Une autre participatrice argentine, Graciela Gutiérrez Marx, a proposé l’idéologie de la poésie en action et en août 1984, elle a participé à la création de l’Association des artistes postaux d’Amérique latine et des Caraïbes, fondée dans la ville de Rosario, en Argentine, qui regroupait la grande majorité des artistes postaux d’Amérique latine et qui, bientôt, s’est constituée en un instrument d’échange et de communication régionale. Deux autres fondateurs de l’Asociación Latinoamericana y del Caribe de Artistas Correo sont Clemente Padín et Jorge Caraballo, tous deux ayant été emprisonnés et torturés en 1977 pour des œuvres d’art postal qui critiquaient la junte militaire de droite uruguayenne. Padín, comme Gutiérrez Marx, se sont produits dans les rues et les places publiques avec leur poésie appelant à ce que Padín appelait le langage de l’action.

 

Lorsque les artistes postaux brésiliens Paulo Bruscky et Daniel Santiago ont organisé la deuxième exposition internationale de mail art du Brésil en 1976, la police a immédiatement fermé l’exposition, détruit les œuvres d’art et envoyé Bruscky et Santiago en prison. Bruscky a déclaré : « C’est toujours la même chose, ceux qui prétendent posséder la culture vont toujours essayer d’imposer leurs propres méthodes ».

 

À cet égard, il est utile de mentionner le groupe international d’artistes postaux Solidarte, qui a été actif dans différents pays pour sensibiliser le public à la libération de l’artiste salvadorien Jesús Romeo Galdámez, en obtenant sa libération de prison. De nombreux efforts ont été déployés par la communauté internationale des artistes de la poste, dans le cadre d’actions urgentes, mondiales et unies, pour libérer Clemente Padín de son emprisonnement de 1977 à 1984 et Jorge Caraballo de 1977 à 1978.

 

IMG

Clemente Padín, carte postale, 2018.

La survie des artistes

 

Aujourd’hui, la provocation, le choc et la controverse artistiques sont une fin liée à l’art plus qu’à la survie. Au cours des trois dernières décennies du XXe siècle, les artistes postaux d’Amérique latine, d’Europe de l’Est et des Balkans en Europe du Sud-Est ont lutté pour survivre au sein de régimes sociaux, économiques et politiques répressifs. Au début des années 1980, les artistes polonais Pawel Petasz, Tomasz Schulz et Andrzej Kwietniewski ont subi le choc de la loi martiale lorsque le mouvement Solidarité Solidarność de Lech Walesa a été interdit en 1981. En Allemagne de l’Est, Robert Rehfeldt, Ruth Wolf-Rehfeldt et Friedrich Winnes ont souffert pendant des années sous la surveillance de la police secrète, la Stasi. En Hongrie, les archivistes de l’art postal György Galántai et sa partenaire, Júlia Klaniczay, ont organisé d’importantes expositions d’art expérimental sous la surveillance constante de la police. Et pendant les sanglantes guerres des Balkans dans les années 1990, les pacifistes serbes du mail art, comme Andrej Tisma, Dobrica Kamperelić, Nenad Bogdanovic et d’autres ont souffert des embargos, de la censure, de la guerre, de la pauvreté et de la famine.

 

En Europe occidentale et en Angleterre, comme en Amérique, les artistes du mail art ont survécu en subvertissant et en dépassant les frontières artistiques établies par les institutions artistiques. La survie est souvent un voyage solitaire et si l’art postal offre une connexion avec le monde à partir de l’intérieur d’une enveloppe, le côté public des activités des artistes du courrier n’est visible que pour les travailleurs postaux. En Europe, les artistes du mail art ont excellé conceptuellement en se montrant dans des centres d’art locaux ou par le biais de formes d’exposition alternatives, en exposant l’art postal dans des banques, des salles de bain, des bars, des maisons closes, sur des panneaux d’affichage, dans des sous-sols, des chambres et sur des balcons.

 

IMG

Ruggero Maggi, Mail art snake, 1986 (cette œuvre collective a été commencée en 1986 et terminée en 1992, au Congrès du Mail Art décentralisé en Italie et en Allemagne.

Les Européens de l’Ouest ont apporté des contributions importantes dans de nombreux domaines du mail art, notamment les timbres d’artistes, le tamponnage, l’art audio, les livres d’artistes, les zines et l’art vidéo. L’art de la correspondance a prospéré dans l’art conceptuel de Klaus Groh. Conceptualiste et artiste de zine, Robin Crozier a créé le projet Memo (Random) Memo (RY), une sorte de banque de souvenirs. Keith Bates a créé une typographie de mail art. L’artiste et théoricien belge du mail art, Guy Bleus, a créé le Centre d’administration des archives de mail art. Le cinéaste danois Niels Lomholt a expérimenté le mail art vidéo et l’édition de formulaires. En Hollande, Ruud Janssen a créé l’Union internationale des artistes du mail art (IUOMA). Rod Summers a contribué à l’émergence de l’art audio, visuel, expérimental et de la poésie concrète. Ulises Carrión est devenu un théoricien du mail art, un artiste du livre et un critique de renom qui a également créé Other Books and So, une galerie/librairie d’Amsterdam consacrée aux publications d’artistes expérimentaux, aux performances vidéo et à la poésie visuelle. Les artistes ouest-allemands Josef Klaffki Joki et Henning Mittendorf ont excellé dans l’art postal de l’estampage.

 

IMG

Recto-verso d’une carte postale d’Edgardo Antonio Vigo, 1996.

Les artistes du mail art travaillant en France, comme Jean Nöel Laszlo, ont organisé d’importantes expositions de timbres-poste, comme Le Timbre d’Artiste du Musée de la Poste. Daniel Daligand, poète visuel et artiste conceptuel français, a été reconnu comme le principal « Mickeymouseologist » du Réseau éternel. L’artiste conceptuel suisse des timbres-poste, H. R. Fricker, a organisé les premiers congrès internationaux de mail art en 1986 avec son compatriote Günther Ruch, rédacteur en chef du zine d’art postal Clinch. En Italie, l’artiste postale Mariapia Fanna Roncoroni a créé des livres silencieux, sans texte. À Forte Dei Marmi, Vittore Baroni a édité le zine Arte Postale ! et créé avec le designer italien Piermario Ciani, le musée Stickerman consacré à toutes les formes d’art adhésif. GAC (Guglielmo Achille Cavellini), brillant artiste à la personnalité ironique, a été le créateur du célèbre concept d’auto-historisation. Le poète visuel Marcello Diotallevi a développé le projet Lettres à l’expéditeur. Et Ruggero Maggi a organisé, à partir du milieu des années 70, plusieurs événements pour la paix et le désarmement nucléaire intitulés « Unis pour la paix », consacrés à la situation sociale en Pologne et à la guerre ouverte entre l’Argentine et la Grande-Bretagne à propos des îles Malouines. Ces nouvelles formes et activités artistiques ont survécu parce que les artistes du mail art en Europe ont excellé dans l’art conceptuel et la collaboration interculturelle.

 

Alors que les artistes d’Europe de l’Est et d’Amérique latine étaient aux prises avec la survie, les artistes du mail art en Amérique du Nord étaient confrontés à une forme différente de censure politique. Les artistes postaux nord-américains considéraient le marché de l’art avec suspicion et affirmaient que la haute société artistique était discriminatoire envers les femmes, les minorités et les nouvelles formes d’art comme les livres d’artistes, la poésie visuelle et le copy art. Des critiques tels que Thomas Albright et Greil Marcus ont reproché au mail art d’être une « merde quikkopy » et ont déclaré : « L’art postal est une forme d’art spontané, pittoresque qui s’est exclue de l’histoire ». C’est contre cette vision anthropocentrique du monde et cette discrimination élitiste que les artistes postaux américains se sont engagés.

 

Charles Stanley (alias Carlo Pittore), Chuck Welch (alias Crackerjack Kid), David Cole, Mark Wamaling, John Held, Jr. et J.P. Jacob ont lancé un ultimatum qui défiait publiquement l’establishment artistique. En février 1984, ces mail artists ont pris la parole lors d’une série de conférences publiques, Artists Talk on Art, parrainée par la Wooster Street Gallery de New York. Cette série comprenait deux tables rondes sur le mail art, dont la seconde présentation, Mail Art : A New Cultural Strategy, comprenait un éminent critique d’art de la ville de New York qui avait été exclu du jury de l’exposition internationale Mail Art Then and Now de Franklin Furnace. La N’Tity Mail Art League, dirigée par le peintre d’East Village, Carlo Pittore, a déclaré : « L’art n’est pas pour l’art », un sentiment soutenu par les artistes du mail art dans des lettres publiées dans le magazine Umbrella de Judith Hoffberg.

 

Lorsqu’on a demandé à Ruggero Maggi ce qu’il pensait des institutions en ce qui concerne le mail art, il a répondu : « Le mail art utilise les institutions à la place des institutions contre les institutions ». Un autre célèbre phrase du mail art est apparue en 1985 sur de nombreux tampons caoutchouc émis par le concepteur suisse H.R. Fricker. Comparant les artistes et les beaux-arts, Fricker a célébré les artistes avec cette déclaration : « Le mail art n’est pas un art, c’est l’artiste qui est beau ! ».

 

Projets d’art postal en Asie-Pacifique, en Australie et en Europe

 

Les manifestations publiques de mail art ont émergé très souvent sous la forme d’expositions au Japon, la plus ancienne en 1972, l’exposition Re-cycle à la galerie Tokiwa, à Tokyo. En Nouvelle-Zélande, l’artiste du courrier Terry Reid a créé l’édition Inch Art, un broadsheet présenté en 1974 sous la forme d’un faux quotidien à Auckland. Les premières actions pacifistes et les projets antinucléaires de mail art ont souvent été présentés dans des galeries privées au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande. En Australie, les artistes du mail art se sont également associés à des mouvements de solidarité par l’intermédiaire d’Amnesty International pour libérer les artistes du mail art d’Amérique latine emprisonnés par les dictatures au Salvador, au Brésil, en Argentine, au Chili et en Uruguay.

 

Trois pionniers japonais du mail art, Shozo Shimamoto, Ryosuke Cohen et Mayumi Handa, ont développé des projets de réseautage en se rendant à l’étranger. Shimamoto, le co-fondateur du groupe d’avant-garde japonais Gutai, a utilisé son crâne rasé comme toile de fond pour l’intervention artistique de centaines d’artistes qu’il a rencontrés lors de tournées en Europe et en Amérique du Nord. Handa, tout comme Shimamoto, s’est mise en réseau pour la paix dans des coupes de cheveux qu’elle appelait, les performances de kami.

 

IMG

Ruggero Maggi et Shozo Shimamoto, Japon, 1988.

Brain Cell est l’un des projets de mail art le plus pérenne de l’artiste japonais Ryosuke Cohen. Publié régulièrement depuis 1985, le projet de Cohen a atteint aujourd’hui plus de 1 080 numéros.

 

Cohen, en collaboration avec Shozo Shimamoto, est le fondateur de Artists Union (AU / Art Unidentified). Les deux artistes ont collaboré avec Chuck Welch à la production de la première présentation d’art postal d’AU, Flags Down for World Peace. En 1985, des centaines de drapeaux de la paix ont été collectés par Welch auprès d’artistes postaux du monde entier et livrés au Tokyo Metropolitan Museum, où les artistes de l’AU ont cousu les différents drapeaux ensemble pour en faire une énorme bannière d’installation déployée pour le public sur la télévision nationale japonaise. Cette même année (1985), Welch a collaboré avec Ryosuke Cohen à la distribution publique des timbres de la paix lors du 40e anniversaire du bombardement d’Hiroshima.

 

Depuis 1985, Ruggero Maggi a mené le projet Shadow en Italie - avec GAC (Guglielmo Achille Cavellini) et Enrico Baj entre autres -, en Irlande, en Allemagne avec Peter Küstermann, aux États-Unis, en Uruguay avec Clemente Padín et au Japon en 1988 avec Shimamoto et Cohen : une grande rencontre d’artistes internationaux du mail art a culminé à Hiroshima le 6 août et a ensuite été présentée dans d’autres villes japonaises comme Tokyo, Osaka, Kyoto et Iida.

 

IMG

Ruggero Maggi, The Shadow Project, Hiroshima, 6 août 1988. De gauche à droite : Daniel Daligand, Gérard Barbot, Shozo Shimamoto, Ryosuke Cohen, John Held Jr., Ruggero Maggi.

Lorsque la première bombe atomique a explosé à Hiroshima, les humains se sont évaporés instantanément, ne laissant que leurs ombres sur le sol. Les restes de ces victimes ont suggéré les images et le thème du Shadow Project. Cette action est née avec l’objectif d’évoquer un moment tragique de l’histoire humaine : le 6 août 1945, à 8h15 du matin, la première bombe atomique explose à Hiroshima, produisant au moins trois effets : la vaporisation immédiate des corps des victimes, au fil du temps de graves difformités et maladies s’ensuivent, la menace d’une répétition de la tragédie.

 

La solution formelle pour se souvenir de l’événement a été simple et efficace : à partir du profil de plusieurs êtres humains, on a obtenu des pochoirs en papier que les artistes du courrier ont envoyés à Maggi et qui, posés sur le sol et peints par la suite, ont laissé une ombre... une « élimination de l’humanité » efficace, d’une grande force allusive. Mais le Shadow Project peut aller au-delà : à partir des données historiques, il peut s’élargir et s’assumer comme un symbole général de l’inhumanité. Le thème de l’ombre devient plus large et plus commun.

 

La tragédie hyperbolique d’Hiroshima peut être divisée en mille drames non moins graves parce qu’ils ont été le lot commun de milliers de personnes. Chaque événement négatif est, en dernière analyse, une soustraction d’humanité, un acte de mort petit ou grand qui laisse le vide derrière lui et, par conséquent, provoque un effet d’ombre.

 

IMG

Ruggero Maggi, The Shadow Project, Hiroshima, 6 août 1988.

Afrique

 

L’artiste allemand Klaus Groh s’est efforcé très tôt de rejoindre les artistes sud-africains par le biais de son zine artistique IAC-Info. Un autre artiste allemand, Volker Hamann, a établi des contacts au Ghana et en Afrique du Sud. Hamann a également organisé deux des premières expositions de mail art africain à Accra, au Ghana, et à Lagos, au Nigeria. Mais c’est l’artiste postal africain et journaliste, Ayah Okwabi, qui a joué le rôle principal dans l’intégration des citoyens africains dans le réseau mondial. Okwabi a fait des tentatives pour relier progressivement l’Afrique au réseau de mail art en 1987 avec Africa Arise and Talk with the world, et en 1994, Women in Africa. En mars 1992, le Congrès des mutants africains d’Ayah Okwabi s’est tenu à l’Association des chantiers de travail volontaire du Ghana (VOLU). En 1985, des artistes sud-africains ont fait circuler des timbres d’artistes illégaux anti-apartheid créés pour être distribués par Chuck Welch.

 

Défier le rideau de fer en Europe de l’est

 

Une barrière militaire, politique et idéologique connue sous le nom de « rideau de fer » a séparé les pays du bloc soviétique et l’Europe occidentale entre 1945 et 1990. De 1960 à la fin des années 1980, le rideau de fer et son cousin plus concret, le tristement célèbre mur de Berlin, ont incarné les efforts de la guerre froide pour réprimer et limiter les échanges de communication et d’idées.

 

Le mail art postal et l’art politique étaient indissociables dans les pays d’Europe de l’Est derrière le rideau de fer. Le mail art postal était subversif dans la manière dont les artistes du bloc de l’Est imitaient et se moquaient des bureaucraties, contournaient les lois et échappaient à la censure des services postaux. Les artistes du mail art mêlaient et contestaient la police secrète avec des cartes comme la directive écrite de Robert Rehfeldt, « Bitte denken Sie jetzt nicht an mich » (Ne pensez pas à moi maintenant). Les farces abondaient lorsque les artistes du mail art est-allemands, bien conscients que leur courrier était intercepté et ouvert à la vapeur, inséraient du papier carbone dans les enveloppes pour enregistrer les traces de falsification. De multiples fragments de messages et d’objets étaient placés par les artistes du courrier dans des enveloppes expédiées depuis différents endroits. Les cartes postales, les lettres et les enveloppes contenaient des images dessinées à la main ou des messages codés estampillés qui ressemblaient à l’art clandestin russe du samizdat, terme qui désigne les œuvres littéraires ou artistiques en dehors de la publication officielle pour éviter la censure. Les artistes postaux les plus représentatifs furent Rea Nikonova et Serge Segay, fondateurs du premier musée de mail art d’URSS.

 

IMG

Clemente Padín, Couverture de Ovum 1, 1973.

Robert Rehfeldt (1931-1993) est considéré comme le père fondateur de l’art postal en Allemagne de l’Est. Lui et sa partenaire Ruth Wolf-Rehfeldt organisaient souvent des réunions informelles dans leur studio Pankow de Berlin-Est, où ils étaient considérés comme le centre d’information sur les développements de l’art occidental parmi leurs concitoyens est-allemands. Robert et Ruth Wolf-Rehfeldt ont tous deux élevé la correspondance au rang de forme d’art et de moyen de communication entre les artistes de l’Est et de l’Ouest.

 

La voix commune des zines de mail art

 

À cette époque, la poésie visuelle et expérimentale dépendait entièrement du mail art pour être diffusée et connue. De nombreuses expositions arrivaient grâce au courrier officiel, et la carte postale était le support naturel de cette poésie. En Amérique latine en particulier, la poésie visuelle et expérimentale crée un nouveau langage, qui déborde la censure et la propagande des médias de masse, opérant dans les dictatures militaires de cette époque. En 1973, Clemente Padín a créé la revue OVUM en Uruguay, un remake du dernier OVUM 10 des années 60, diffusant avant tout l’activité poétique et expérimentale et la poésie visuelle du réseau. Le regretté artiste postal polonais Pawel Petasz a édité Commonpress, un magazine d’assemblage qui figure aujourd’hui parmi les publications de mail art les plus influentes de l’époque de la guerre froide. Les artistes postaux vivant dans les États socialistes du bloc de l’Est ont utilisé les zines underground de mail art pour publier des cris de défi, souvent avec des envois subversifs qui échappaient à la détection des censeurs et des informateurs du gouvernement.

 

Depuis la fin des années 1960, le mail art a été publié sous forme de poésie visuelle principalement dans des livres d’artistes ou des magazines d’artistes. La distribution est contrôlée par les autorités émettrices. Des portfolios d’assemblage comme UNI/Vers ( ;) de l’artiste chilien Guillermo Deisler, ont été distribués dans le monde entier dans des éditions de 200 exemplaires et plus.

 

En 2007, Francis Van Maele a lancé des collections de petits livres d’artistes de poètes visuels, et en 2009, il a commencé à publier de nouvelles compilations de Fluxus Assembling Boxes. Avec sa partenaire sud-coréenne, Hyemee Kim, alias Antic-Ham, Van Maele et Kim ont publié sous le nom de Franticham. Les zines Artists’ Stamp Assemblage se sont développés en Amérique latine lorsque les artistes postaux argentins Edgardo Vigo et Graciela Gutiérrez-Marx ont produit 24 émissions de Our International Stamps/Cancelled Seals de 1979 à 1990. Chaque édition comprenait des compilations artisanales en carton ondulé contenant quinze à vingt émissions de timbres d’artistes. La revue coopérative CORREO DEL SUR (POSTE DU SUD) de Clemente Padín paraît en Uruguay, dont 14 numéros ont été publiés jusqu’à mars 2000.

 

IMG

Karimbada #2, 1979. Stamp art museum de Picasso Gaglione.

Cette tradition se poursuit aujourd’hui avec les boîtes d’assemblage de l’artiste postale italienne Ptrizia Tictac. Ses envois de boîtes Stampzine comprennent des œuvres d’art de deux ou trois douzaines d’artistes postaux internationaux spécialisés dans la création de timbres-poste. Bill Gaglione, célèbre néodadaïste californien, qui vit aujourd’hui à Knoxville, Tennessee, a créé 30 émissions d’un zine d’assemblage de tampons caoutchouc portant le même titre, inspiré des émissions du zine d’assemblage de tampons caoutchouc Karimbada. Karimbada a été édité par Unhandeijara Lisboa au Brésil de 1978 à 1980.

 

Deux magazines de mail art nord-américains, FILE et VILE, ont commencé comme des publications en réseau et ont été les précurseurs de zines contemporains tels que QUOZ. Le magazine FILE a été publié en 1972 et, entre 1974 et 1983, l’artiste canadienne Anna Banana a édité le magazine VILE Magazine. En Allemagne, le réseau IAC-INFO (1969-1990), alias International Art Cooperation, a été créé par son rédacteur en chef allemand, Klaus Groh, dans le but de relier les artistes d’Europe de l’Est aux artistes du mail art du monde « libre » occidental, comme l’ont entrepris aussi Eberhard Janke avec son Edition Janus et Elke Grundmann avec ses projets de mail art social.

 

IMG

Couverture de Brain Cell #100/1035, Ryosuke Cohen publié par Hans Braumüller et SdK, Hambourg, 2019.

On se doit de citer un récent projet remarquable, l’Artist Matter Zine de Hans Braumüller, imprimé à Nachladen, Hambourg, en 2019. Braumüller est actif dans le mail art et la poésie visuelle depuis une trentaine d’années. L’Artist Matter Zine est basé sur son appel Artist Matter : Penser globalement - agir localement. La diversité des contributions peut être consultée en ligne sur le site web artistmatter.crosses.net.

 

Le mail art, de l’analogique au numérique

 

Le mail art a été un média pionnier qui s’est développé selon de nombreuses formes de créativité : le copy art, les cartes postales, l’art des enveloppes, les livres d’artistes, l’échange audio, les zines, l’art des tampons caoutchouc, les timbres d’artistes et l’art numérique en ligne. Ces œuvres sont des formes d’information, de communication et d’échange collaboratif qui ont finalement entraîné l’évolution du mail art postal analogique vers l’art numérique en ligne, une tendance qui s’est développée dans les années 1980, donnant lieu à des congrès et à des échanges numériques par télécopie. En 1989, l’artiste postal belge Charles François a créé RATOS, le premier réseau de téléconférence out-net de modem à modem BBS, suivi par le NYC Echo BBS de Mark Bloch et le Mail-Art BBS de Ruud Janssen basé à Amsterdam.

 

En 1989, Chuck Welch a créé Telenetlink, qui relie l’art postal à l’internet au Kiewit Computation Center du Dartmouth College. Son projet était l’un des vingt-quatre nœuds de réseau international utilisant des systèmes de commutation par paquets intégrés dans le cadre du Reflux Network Project d’Artur Matuck, qui faisait partie de la Biennale de Sao Paulo de 1991. Les listes Emailart ont été créées en 1991 et publiées par Welch sur les serveurs de listes Bitnet.

 

IMG

Chuck Welch, EMMA, Dartmouth College, 1994.

Fin 1994, Welch a créé la première page d’accueil du Musée électronique de l’art postal, qui a également été le premier musée d’art en réalité virtuelle sur internet et est maintenant conservé par ACTLAB à l’université du Texas, à Austin. En Italie, il faut mentionner aussi le Dynamic Museum of Mail Art SACS à Quiliano (Savone) dirigé par Bruno Cassaglia et Cristina Sosio et la Ophen Virtual Art Gallery à Salerne dirigée par Giovanni Bonanno, ainsi que l’initiative en Allemagne de Lutz Wohlrab avec son Mail Artists Index sur mailartists.wordpress.com.

 

Un important collectif d’art au cours des années 2000 fût AUMA / Acción Urgente Mail Art. Ses membres étaient Elías Adasme, Hans Braumüller, Fernando García Delgado, Humberto Nilo, Clemente Padín, César Reglero, Tulio Restrepo, et d’autres. Ils ont développé conjointement plusieurs projets d’art postal communiquant entre eux par courrier électronique depuis des régions éloignées d’Europe et d’Amérique latine sur une période de 4 ans. Par exemple, ils ont coopéré avec Amnesty International dans le cadre d’une campagne contre la peine de mort et ont fait une intervention sur une carte du monde par satellite créée par la NASA sur le thème de la mondialisation et de l’exploitation.

 

Archives du mail art

 

Les archives de mail art sont très importantes pour la recherche scientifique, télématique et pour les historiens de l’art. Deux exemples impressionnants sont les archives Artpool de György Galantai à Budapest, et le Boek 861 de César Reglero. L’archive Boek 861 a été donnée au Musée international d’électrographie MIDECIANT de l’Université de Castilla-La Mancha, en Espagne. En Allemagne, le Musée d’État de Schwein honore le mail art postal de l’Europe de l’Est. En Uruguay, Clemente Padín a mis gratuitement à la disposition du public l’ensemble de ses archives de mail art à la bibliothèque de l’Universidad de la República, UDELAR, Montevideo. L’artiste visuel, éditeur et conservateur Fernando García Delgado, de Buenos Aires, gère une importante archive internationale, Mail Art / Arte Postal Vortice.

 

IMG

Affiche AUMA en collaboration avec Amnesty International. Exposition à Puerto Rico. Design : Elías Adasme, 2000.

IMG

Chuck Welch et The Eternal Network Mail Art Archive.

En Belgique, Guy Bleus est en charge de son Centre administratif -42.292. L’importante collection d’art postal et la bibliothèque d’art postal de Chuck Welch se trouvent aux Archives of American Art à Washington, D.C. Son Archival Mail Art Index, publié par Netshaker Press, est un ouvrage de 1 600 pages, annoté, avec des références croisées et un modèle pour l’archivage des éphémères d’art postal.

 

En 1979, après quelques voyages en Amazonie, les archives amazoniennes de Ruggero Maggi à Milan, en Italie, sont nées comme un projet de critique sociale et politique contre le gouvernement brésilien responsable la destruction d’une grande partie de la forêt amazonienne - en faveur des routes transamazoniennes - véritables blessures incisées dans la peau de la jungle - et par un plan d’agriculture industrielle destructeur qui l’a dévastée et qui continue tragiquement aujourd’hui encore.

 

IMG

Ruggero Maggi, Tampon caoutchouc du logo Amazon, 1979.

Témoignages amazoniens d’un projet en évolution : en 1979 Amazone dans l’espace Sixto/Notes, première exposition de mail art à Milan ; en 1980 Voyage Amazonique à l’Université Catholique de Lima, première exposition de mail art au Pérou consacrée au fils d’Edgardo Antonio Vigo, Abel Luis (Palomo) ; en 1981 Les autoroutes de l’Amazonie à la XVIe Biennale de São Paulo, Brésil ; les projets itinérants en Italie, en Australie et au Mexique. Certains projets avec les indigènes d’Amazonie remontent à 1982, tandis qu’en 2020 il poursuit avec le projet Amazonia Must Live !

 

Conclusion

 

Depuis ses débuts, le mail art est un langage de réseau qui embrasse l’importance du multiculturalisme. C’est une forme ouverte et démocratique par laquelle des identités multiples et partagées existent et s’épanouissent ensemble. Les artistes du mail art luttent pour la justice sociale et créent des projets qui honorent la diversité culturelle. Les artistes du mail art célèbrent l’égalité humaine et établissent des relations entre les sexes, dépassant les différences d’ethnicité et de classe sociale, autant d’objectifs essentiels à l’époque tumultueuse que nous vivons. Le mail art est souvent une entreprise invisible, solitaire et coûteuse qui ne rapporte aucun profit à ses défenseurs. Néanmoins, il existe une quête créative implacable dans le mail art qui dure depuis plus de cinquante ans, une soif de tolérance, de réciprocité et d’échanges créatifs non censurés dans le monde entier.

 

IMG

Chuck Welch, COVID-19 timbres tests, 2020.

 

* Traduit de l’anglais par Hervé Fischer.

IMG

Download Vol.18 N.3 2020

DOAJ

I QUADERNI DI M@GM@

ARACNE EDITRICE