IMG-LOGO
Art versus Société : consciences planétaires / Sous la direction d'Hervé Fischer / Vol.19 N.1 2021

Signes d’Australie *

Richard Kelly Tipping

magma@analisiqualitativa.com

Né à Adélaïde en 1949. Poète, artiste, artiste des mots et cinéaste australien, il a étudié le cinéma, la philosophie et la littérature à l’Université Flinders. Il a commencé à composer de la poésie concrète typographique sur une machine à écrire manuelle en 1967, explorant l’arrangement des lettres sur la page comme un champ de composition poétique. Ses préoccupations littéraires font partie intégrante de sa pratique de l’art des mots et de la poésie visuelle. En 1975, il a cofondé le groupe Friendly Street Poets, qui a commencé à organiser des lectures publiques de poésie à Adélaïde, et a édité sa première anthologie en 1977. En 2007, Tipping a terminé un doctorat à l’Université de Technologie de Sydney (UTS) intitulé Word Art Works : visual poetry and textual objects. Il a enseigné la communication et les arts médiatiques à l’université de Newcastle, NSW. Dans les années 1970, Tipping a commencé à collecter les ironies et les bizarreries de la signalisation publique par la photographie, et à modifier les panneaux publics pour en faire des messages poétiques. Signs of Australia (1982) rassemble un grand nombre de ces anomalies trouvées dans la signalisation. Parmi les œuvres emblématiques de ses explorations du langage gestuel public figure No Understanding, qui fait partie de la collection de la National Gallery of Australia. Ses projets d’art public comprennent la célèbre sculpture en acier Watermark (plus connue sous le nom de Flood) sur la rivière Brisbane, qui est devenue le point culminant d’une inondation majeure en 2011. Il a eu plus de 20 expositions individuelles en Australie ainsi qu’à New York, Londres, Munich, Cologne et Berlin.

 

Abstract

La poésie consiste à utiliser le moins de mots possible pour en dire le plus possible. Cet amour pour la brièveté poétique m’a amené à étudier le langage des panneaux publics, où des formats graphiques avec des textes minimaux portant un sens essentiel. Les panneaux de rue ont été un aspect essentiel de ma pratique des œuvres d’art verbal.

 

IMG

Kangooroo, 2016, en cours de transport vers le site de sculpture A Barangaroo à Sydney en 2017. Photographie de Jasper Knight.

Bonaparte n’est pas parti

 

En Australie, l’extraordinaire devient rapidement l’attendu, et l’étrangeté règne, avec des kangourous qui sautillent dans les rues des banlieues. Si seulement Napoléon Bonaparte (âgé de seize ans) avait été accepté dans l’expédition scientifique du comte de Lapérouse sur les navires L’Astrolabe et La Boussole en 1785, il aurait visité les prémices de la ville de Sydney en 1788, puis aurait navigué vers l’Océanie, avant de faire naufrage sur un récif et de se perdre à jamais dans les îles Salomon, modifiant ainsi l’histoire européenne. Le jour de son exécution en 1793, Louis XVI demanda : « Des nouvelles de La Pérouse ? » [1].

 

De telles explorations contemporaines du Pacifique auraient facilement pu conduire à des établissements francophones avec une colonisation en Australie parallèle à celle des Britanniques, donnant lieu à un continent multilingue comme celui du Canada. Mais avec les guerres napoléoniennes et la défaite finale de l’Empire français en 1815, cela ne s’est pas produit, et l’anglais est la lingua franca de l’Australie.

 

Échapper aux kangourous ?

 

Non, pas vraiment. Environ trois millions de kangourous sont légalement tués chaque année à des fins commerciales, mais la nation préfère les moutons et les bovins à quatre pattes, qui sont élevés en liberté et piétinent la terre délicate, ainsi que les porcs et les poulets. Je me souviens qu’il y a longtemps, les familles attendaient avec impatience de manger un poulet rôti pour Noël, comme une gâterie spéciale. Aujourd’hui, grâce à l’agriculture industrielle, c’est l’une des viandes les moins chères que l’on puisse acheter. Le steak de kangourou est disponible en tant que spécialité dans les grands supermarchés, mais il n’est pas très populaire, même si sa viande est tendre et pauvre en graisses.

 

Les kangourous sont admirés en tant qu’emblème national et attirent des sourires affectueux avec leurs petits bébés qui sortent la tête de leur poche. En photo. En général, les citadins ne voient pas de kangourous, sauf dans les zoos pour enfants. Ou dans le lointain, bondissant au loin, lors de vacances en voiture à la campagne. La terre est cultivée pour en faire un paradis vert pour les kangourous et ils paient le prix de l’abattage, de la réduction de leur nombre et de leur utilisation comme nourriture pour animaux de compagnie et pour le cuir et les peaux.

 

IMG

Kangooroo, 2016, Sculpture au Barangaroo à Sydney, 2017. Le panneau jaune mesure 3 mètres de large et s’élève à 5,5 mètres de haut sur son mât. Ruban réfléchissant sur aluminium. Le kangourou s’est échappé et s’éloigne en bondissant. Photographie de Jamie Williams.

Kangooroo réunit mes intérêts établis pour la signalisation routière et le langage vernaculaire australien, en combinant le mot et l’image avec une intensité poétique. Kangooroo présente l’absence comme une présence tangible. Le kangourou a disparu, laissant un contour dans le panneau, exposant le ciel par son absence.

 

Ooroo est une façon traditionnelle australienne de dire « à plus tard ». On assiste à une résurgence de l’utilisation de ce mot par les jeunes Australiens, face à l’américanisation de la culture médiatique mondiale. Le panneau routier « Kangaroo Crossing » est une icône australienne. Kangourou est un mot réel, et non une invention ou un malentendu comme certains l’ont prétendu : « Le mot kangourou dérive du mot gangurru du Guugu Yimithirr, faisant référence aux kangourous gris. Le nom a été enregistré pour la première fois sous la forme de Kangooroo ou Kanguru le 4 août 1770, par le lieutenant (plus tard capitaine) James Cook sur les rives de la rivière Endeavour, à l’emplacement de l’actuelle ville de Cooktown, lorsque le bateau de Sa Majesté la Reine, l’Endeavour s’est échoué exigeant près de sept semaines pour réparer les dommages subis sur la Grande Barrière de Corail. Le guugu yimithirr est la langue des habitants de la région » (Wikipedia).

 

Le « roo » de « ooroo » est contenu dans un palindrome et apparaît dans les deux sens. Il est intéressant de noter que les kangourous sont l’un des rares animaux qui ne peuvent pas marcher à reculons. Ce signe est idiomatique, issu de la langue vernaculaire locale, mais il a également une résonance dans les questions de colonialisme, d’écologie et de gestion des terres.

 

Commençons par des objets trouvés - le signe observé

 

Au début, je m’intéressais à la photographie des écarts ironiques et ambiguës dans le paysage de signes urbains et les paysages de campagne, à la recherche de divergences amusantes ou inquiétantes entre le texte et l’image. Cela a donné lieu à un livre intitulé Signs of Australia (Penguin, 1982).

 

IMG

Par exemple, un parking urbain déclare qu’il n’y aura Pas de stationnement.

IMG

Un immeuble à bureaux de Sydney annonce la couleur. Complet, Total. Point final.

IMG

Un magasin de bricolage annonce « Votre maison passe avant tout », et place son unité de climatisation directement dans la tête de la femme.

IMG

Un panneau annonce qu’il n’y a pas d’inspecteur de plage en service, mais la mouette solitaire ne s’en inquiète pas. L’Australie a du sable à perte de vue, avec parfois des clubs de surf, des sauveteurs et des drapeaux de sécurité, mais ici, c’est la nature seule.

Cependant, il était difficile de trouver suffisamment d’exemples intéressants, et cela m’a amené à manipuler des panneaux de signalisation officiels existants, de manière tout à fait illégale, en ajoutant ou en supprimant des lettres à l’aide des mêmes bandes réfléchissantes que celles dont ils étaient faits.

 

Cela signifiait un passage de l’objet trouvé (tel qu’il est) avec sa dépendance à l’authenticité réelle, à la fabrication du potentiel (tel qu’il sera maintenant) avec l’objet manipulé, qui en termes duchampiens peut être considéré comme un ready made ajusté. Dans les deux cas, l’objectif est de créer une rupture dans le paysage de signes sociaux (qui est nécessairement temporaire) en vue de réaliser une image photographique qui enregistre cette instance de signes modifiés dans le paysage.

 

La première intervention publique a consisté à transformer un panneau Aéroport en Airpoet en changeant une seule lettre.

 

IMG

Signes d’Australie - Richard Kelly Tipping.

À l’époque, en 1979, je vivais dans ma ville natale d’Adélaïde, en Australie méridionale, près d’une route principale menant à l’aéroport, où un magnifique panneau bleu indiquait le chemin à suivre. Je suis sorti à minuit, j’ai grimpé sur le toit de ma voiture, j’ai tracé le "R" d’Airport, je suis rentré chez moi pour faire un « E » de la même couleur et de la même police de caractères, puis je suis revenu et je l’ai soigneusement placé sur le panneau. La modification était anonyme et illégale. Soudain, la route banale porte un signe vers les cieux. Ce nouveau panneau a duré plus de six mois avant d’être « réparé » par les autorités routières... et a été accepté comme un geste local. Je le sais parce que quelques mois plus tard, lorsque je suis allé photographier Airpoet, un homme qui passait devant moi - vêtu d’une salopette bleue, avec une boîte de repas à emporter pour ses collègues de travail sous le bras - a dit : (avec une redondance laconique typiquement australienne) : « Vous photographiez le panneau, n’est-ce pas ? ». J’ai répondu : « Oui, vous savez quelque chose à son sujet ? ». « C’est le cadeau de Noël d’un ouvrier », dit-il, et il s’en va. Avec cette réponse positive, j’avais trouvé une nouvelle approche pour faire des poèmes artistiques.

 

IMG

Signes d’Australie - Richard Kelly Tipping.

IMG

Signes d’Australie - Richard Kelly Tipping.

Un grand panneau Start Freeway sur une autoroute de Melbourne change complètement lorsque deux lettres sont masquées à l’aide du même ruban réfléchissant vert : Art Freeway. En 1981, alors que je participais à la Triennale de la sculpture de Melbourne, j’ai conduit sur une autoroute de la ville qui mène à certaines banlieues de l’est. Le fait d’avoir un stock de ruban réfléchissant à l’arrière de la voiture m’a permis de m’arrêter et de modifier un panneau immédiatement, comme une possibilité théorique (je n’avais pas de plans spécifiques). La vue du panneau Start Freeway a créé une tentation irrésistible. Il n’est pas agréable d’avoir sa voiture garée sur la bande d’arrêt d’urgence, alors que le trafic passe à toute allure. Ma rapidité dans l’opération est visible dans le gauchissement du ruban adhésif, avec des poches d’air gâchant un raccommodage autrement invisible.

 

Art Freeway était immédiatement présent in situ et j’ai filé en direction de la ville. C’est un effacement. Art Freeway était anonyme, bien sûr. Une version du panneau réel/altéré ne pouvait pas être reproduite facilement à la même taille pour être exposée dans une galerie, et je n’étais ni assez audacieux ni assez riche. Si j’avais dû faire fabriquer le panneau Art Freeway, cela aurait représenté un objet très encombrant. C’est la photographie qui devient l’œuvre d’art. Cette nouvelle utilisation d’un signe altéré est une étape importante par rapport à la seule observation et à l’enregistrement de phénomènes improbables, ambigus et paradoxaux comme des phénomènes « trouvés ». Le pouvoir du nouveau panneau dans son emplacement original sur une autoroute très fréquentée provenait de son autorité due à la grammaire de la signalisation routière. Ces panneaux doivent fonctionner simplement, avec des informations ou des instructions qui peuvent être comprises en un instant.

 

Peu après, j’ai reçu un appel téléphonique révélateur de l’architecte et poète concret Alex Selenitsch. Il m’a raconté qu’il roulait vers la ville sur l’autoroute du sud-est et qu’il était passé devant un grand panneau qui lui avait donné l’impression que le reste du trajet était « très différent », que tout était soudainement Art. C’était comme rencontrer l’ouvrier qui m’avait parlé d’Airpoet - libérateur. Bien sûr, Art Freeway n’a peut-être « fonctionné » comme une « œuvre d’art publique » temporaire que pour ceux qui avaient déjà l’esprit tourné vers l’art. Il est possible que de nombreux conducteurs n’aient pas remarqué de changement dans le texte du panneau, parce qu’ils ne quittaient pas la route des yeux et que ces panneaux sont codes standards. Alex Selenitsch est peut-être la seule personne à l’avoir remarqué avant qu’une équipe de voirie ne vienne quelque temps plus tard remettre un ST en place. Peut-être pourrais-je même être tenu responsable de ce grave dommage et de ses coûts ? J’admets seulement faire de l’art.

 

Art Freeway est-il « sans contenu » ? Vous ne pouvez pas faire de conférences dans une langue inventée et vous attendre à être compris littéralement, pas plus que vous ne pouvez-vous inquiéter de savoir si un « public » va « comprendre » le « message ». J’ai mis chacun de ces mots entre guillemets parce que chaque terme est hautement discutable, et que chacun est au cœur du langage des signes. En d’autres termes, cela ne m’a pas intéressé de « communiquer » avec ces œuvres gestuelles. Il n’y a pas de « message » unique, pas plus qu’il n’y a de « public » définissable - et je ne me suis certainement pas soucié de « comprendre » s’il y avait un message à recevoir ou un puzzle à résoudre. Art Freeway ne va nulle part, mais modifie l’environnement comme un titre ou une instruction aux spectateurs participants. C’est une œuvre dans l’esprit des ready mades de Marcel Duchamp.

 

Art Freeway peut être considéré dans le contexte des ready mades modifiées de Duchamp, qui sont « une autre variation du genre, qu’on obtient lorsqu’on corrige un objet existant ». Arturo Schwartz donne comme exemples L.H.O.O.Q. de Duchamp (1919), Mona Lisa avec une moustache et Gift de Man Ray (1921), un fer à repasser avec des pointes.

 

Rétrospectivement, je pense que j’aurais pu m’inspirer davantage de mes lectures de Duchamp, notamment de sa suggestion que le ready made porte une inscription qui « au lieu de décrire l’objet comme un titre, soit destinée à porter l’esprit du spectateur vers d’autres zones plus verbales ». Au lieu de cela, j’ai simplement laissé Airpoet et Art Freeway (entre autres œuvres de ce type) avoir pour titre les mots qu’ils étaient devenus. J’ai toutefois pris note de son idée de limiter la quantité. Duchamp avait mis en garde contre le danger de répéter indistinctement cette forme d’expression... J’étais conscient à l’époque que, pour le spectateur plus encore que pour l’artiste, l’art est une drogue qui crée une accoutumance et je voulais protéger mes ready mades d’une tel risque.

 

Mes modifications de la signalisation publique ont cessé après Art freeway pendant dix ans, jusqu’à ce que je transforme un panneau Form 1 lane[Une seule voie] en Form 1 planet[Une seule planète] en 1992.

 

IMG

Signes d’Australie - Richard Kelly Tipping.

Avec l’ajout des lettres P et T (découpées dans le vinyle pour correspondre au style de lettre du panneau), une seule voie devient une seule planète, et un panneau routier devient une signalisation vers la paix mondiale. Cette manipulation a été faite, puis photographiée, sur une route de campagne près de l’endroit où je vivais à l’époque. J’en ai fait une version grand panneau en métal pressé, qui a été exposée à la 9e Biennale de Sydney (dirigée par Anthony Bond) en 1992, avec d’autres œuvres d’art textuelles publiques qui m’ont été commandées.

 

Form 1 planet a également été réalisée en sérigraphie à édition limitée, qui est devenue à son tour une carte postale. La sérigraphie a transformé la photographie en art, style image de pin-up dont la diffusion est plus importante que le fétichisme de l’objet unique.

 

Pas de compréhension en tout temps

 

En 1999, alors que je vivais à New York pendant quelques mois, j’ai conçu une version du panneau de stationnement local No standing anytime [interdit de s’arrêter en tout temps], avec son carré rouge gras contenant le mot No en blanc, qui était plus catégorique que l’équivalent australien (où, de nos jours, le panneau équivalent dit seulement No stopping). L’ajout simple et évident du mot Under a créé un sens complètement nouveau [2]. Le nouveau panneau a été produit sous la forme d’un panneau métallique (30 x 45 cm) de taille et de forme standard (les panneaux de stationnement sont de taille modeste, contrairement aux panneaux routiers et autoroutiers), et également sous la forme d’un petit multiple en métal pressé en 2000, qui a été distribué par l’intermédiaire de la Tate Modern à Londres et du MoMa à New York. En 2002, j’ai été invité à exposer des panneaux à Martin Place à Sydney dans le cadre de Sculpture in the City, une initiative de la société responsable de Sculpture by the Sea.

 

J’ai décidé d’exagérer la taille de l’enseigne, jusqu’à une hauteur relativement importante de 120 cm. Deux panneaux identiques ont été placés dos à dos sur un seul poteau afin de donner une présence à l’œuvre dans les deux sens de la circulation piétonnière. Le jour de l’installation, un couple qui venait de se marier a descendu la Martin Place, suivi de son photographe, et s’est arrêté pour poser sous No understanding. C’était l’un de ces moments « maintenant ou jamais », et ils ont accepté que je les photographie eux aussi. Pour tenter d’être sélectionné pour le National Sculpture Prize and Exhibition organisé par la National Gallery of Australia plus tard cette année-là, j’ai proposé No understanding et inclus un petit tirage de cette photographie. J’ai été sélectionné parmi vingt artistes sur un total de plus de six cents, et je soupçonne que la photographie a aidé la sculpture à retenir l’attention. Les deux œuvres font désormais partie de la collection de la Nga.

 

IMG

Signes d’Australie - Richard Kelly Tipping.

La photographie a été imprimée dans le catalogue de l’exposition, accompagnée de la déclaration ci-dessous : « Les signes nous entourent en tant que citadins et voyageurs sur les routes entre nos lieux de vie : ils avertissent, dirigent, suggèrent, recommandent, invitent, exigent, interdisent, accueillent. Il y a beaucoup de langages potentiels dans la signalétique publique ».

 

Il y a de nombreux langages dans la rue, allant du sévère dictum officiel d’un panneau Stop à l’argot local désinvolte d’un panneau privé de restaurant au bord du trottoir.

 

Depuis la fenêtre d’une voiture, toute lecture est rapide. Les panneaux routiers destinés à la régulation du trafic, à la sécurité routière et à la navigation sont parfois si nombreux que toute lecture sérieuse serait un danger pour le conducteur, qui doit être très sélectif, choisissant de ne remarquer (sans nécessairement y obéir) que les messages qui sont pertinents dans l’immédiat.

 

Le langage des signes est nécessairement synthétique, les mots devant être aussi immédiatement reconnaissables que les icônes. Les panneaux routiers deviennent des images standard : des styles de lettres lisibles avec des couleurs et des formes codées pour former des messages graphiques qui peuvent être rapidement saisis et digérés.

 

Ce sont des interventions poétiques dans le langage public de la rue, des surprises, jouant avec l’évidence pour atteindre des niveaux plus métaphoriques. En modifiant physiquement la signalisation existante, et en inventant une nouvelle signalisation utilisant les modèles standards, de nouvelles significations peuvent être générées par l’inattendu, en faisant de petits changements dans l’ordinaire pour créer des catalyseurs de pensée. Dans ce monde de la signalétique, il est possible de créer de la poésie, qui naît du plaisir d’un glissement de sens, d’une ambiguïté, d’une ironie lorsqu’un signe et son contexte sont en contradiction, ou lorsque des lettres disparues donnent aux mots de nouvelles significations. Ainsi, les paradoxes du quotidien peuvent donner lieu à des interventions directe, affectant l’efficacité littérale des messages officiels, grâce à l’œil de l’esprit, créant une nouvelle signature urbaine.

 

Un jour, pendant l’exposition, j’ai reçu un appel téléphonique de la boutique de la galerie, me disant qu’il y avait quelqu’un qui voulait me parler : « Bonjour, c’est Brian Chua. Je trouve ma photographie dans le catalogue ». « Oh Brian, je suis si content que vous ayez appelé - je ne savais pas comment vous rejoindre - est-ce que vous aimez la photo ? ». « Je vais demander à ma femme ».

 

Heureusement, ils ont aimé la photo et je leur ai envoyé un grand tirage de l’édition (à leur maison dans la banlieue de Cherrybrook à Sydney). La National Gallery a acheté le panneau et la photographie pour sa collection, et la boutique de la galerie a édité un T-shirt, avec le panneau en petit format et à l’envers sur le devant, et en grand format sur le dos.

 

En 2003, alors que les États-Unis menaçaient d’envahir l’Irak pour détruire les « armes de destruction massive », l’Australie a connu les plus grandes manifestations anti-guerre depuis la guerre du Vietnam. Vivant dans la ville portuaire de Newcastle, à environ deux heures de route au nord de Sydney, j’ai participé à la marche locale de plusieurs milliers de personnes en portant un grand panneau métallique dont le design est basé sur les « étoiles et les rayures », qui sont devenues des flèches directionnelles, lançant comme des missiles patriotiques (Patriot ?) pour défendre la patrie américaine contre les innombrables ennemis d’Hollywood. Malheureusement, le gouvernement australien était conservateur à l’époque et, toujours désireux de plaire à la grande puissance qui a sauvé le pays de l’impérialisme japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’est engagé à apporter son aide.

 

IMG

Hypocrisy Credibility, 2003, porté lors d’une manifestation contre la menace d’invasion de l’Irak. Photographie de Kerrie Coles.

Depuis 1979, j’ai réalisé et installé d’autres nombreuses enseignes artistiques dans le cadre d’expositions personnelles dans de nombreuses villes d’Australie, à Londres, New York et Köln. J’ai également réalisé des installations à grande échelle avec de multiples signes à Sydney, Brisbane, Munich et Syllt (également en Allemagne). Certaines de ces créations sont devenues des multiples en métal pressé de la taille d’une carte postale et se sont vendues en grand nombre au Museum of Modern Art de New York et à la Tate Modern de Londres.

 

Private poetry en faisait partie. D’abord réalisée comme l’une des douze enseignes artistiques d’une installation permanente Signs Signed au Powerhouse Centre for the Live Arts à Brisbane en 2001, Private poetry a été réalisée comme grande enseigne pour Sculpture by the Sea à Bondi Beach à Sydney en 2011.

 

IMG

Poésie Privée, 2001-2011, Sculpture by the Sea à Bondi, Sydney.

IMG

Maquette graphique pour Private Poetry, 2004. Copyright de l’artiste.

Après avoir été installée au Brisbane Powerhouse pendant dix ans, souvent photographiée, diffusée sous forme de carte postale en métal pressé dans des musées d’art internationaux, exposée à Sculpture by the Sea et dans de nombreux autres endroits, Private poetry est devenue un mème visuel. Les gens se sentent libres de publier le dessin sans droit d’auteur (il a généralement perdu son étiquette lorsqu’il est reproduit) et de le recréer à l’identique pour leurs propres besoins. Les questions de droits d’auteur sont complexes si l’on considère une manipulation d’un signe existant, mais ce dessin est original : il n’existe aucun panneau standard public rouge avec un lettrage noir, à l’exception de ce panneau que j’ai créé. Ce n’est pas non plus le graphisme usuel des panneaux « propriété privée ».

 

Les mots reposent sur le léger décalage de l’anglais, avec une demi-rime douce, de Propetry à Poetry [propriété à poésie], ainsi que sur l’ajout d’une indication inhabituelle : les intrus Trespassers ne sont pas « interdits », comme c’est généralement le cas, mais ils sont « bienvenus ». Le message est donc que le visiteur/lecteur est invité à entrer pour explorer le monde privé du poète. Nous pourrions penser aux poètes de la « confidence », par exemple, qui livrent leurs émotions, et à toutes ces aventures lyriques des vies amoureuses et des voyages des poètes à travers les millénaires.

 

À l’ère de la photographie « instantanée », où toute personne disposant d’un téléphone intelligent peut participer à la collecte et à la diffusion d’images visuelles uniques, beaucoup ont pensé que le statut de la photographie « artistique » était remis en question. Les photos de portraits et de paysages inondent les plateformes de médias sociaux telles que FaceBook et Instagram, et leurs nombreux concurrents.

 

En 2015, je me suis inspiré des œuvres incluses dans l’influente 8e Biennale de Sydney en 1990, dirigée par René Block. Il s’agissait de Art is easy [L’art est facile] 1974, de Giuseppe Chiari (une photographie de l’arrière d’une église avec « Art is Easy » imprimé sur un morceau de papier rectangulaire collé sur le cadre) et aussi sa déclaration ajoutée « All music is the same » [Toutes les musiques sont pareilles].

 

Le modèle de ce panneau est une signalisation standard qui avertit les conducteurs que des caméras de police observent potentiellement la vitesse des véhicules. Maintenant, le texte indique que La photographie est facile et que Tout l’art est le même. Il est clair que les arts ne sont pas tous identiques, pas plus que la musique. Le sens est donc qu’en fait la photographie n’est pas facile, du moins pas la philosophie et la pratique de la photographie dans ses multiples manifestations, surtout lorsqu’elle est appliquée à l’art.

 

La première photographie montre le grand panneau (78 x 132 cm) tel qu’il a été installé à Sculpture by the Sea à Bondi en 2015, ainsi qu’un panneau indiquant Reduce need [ralentir]. Ce dernier est le panneau australien standard Reduce speed dont les deux lettres Re ont été retirées et remplacées par une seule, le N.

 

IMG

Photography is easy et Reduce Need, Sculpture by the Sea, Bondi (Sydney), 2015.

IMG

Une prise de vue en studio du grand panneau à côté d’une petite version présentée avec chevalet dans une petite édition.

La photographie, en tant qu’objet physique et le signe, en tant qu’œuvre d’art, se transforment en environnements nouveaux et différents. Ici, la petite version de Photography is easy apparaît comme le point focal en arrière-plan, alors que deux amoureux entrelacent leurs jambes pour un autoportrait. On y trouve la vivacité d’un instant capturé dans une photographie, qui ne peut être répété ou reproduit.

 

IMG

Autoportrait de jambes, avec le panneau Photography is easy en arrière-plan.

* Traduit de l’anglais par Hervé Fischer.

 

Notes

 

[1] Pour en savoir plus, consultez le site en.wikipedia.org.

[2] Standing signifie « stationnement », tandis qu’understanding signifie « compréhension ».

IMG

Download Vol.19 N.1 2021

DOAJ

LES CAHIERS DE M@GM@

ARACNE ÉDITIONS