IMG-LOGO
Art versus Société : l'art doit changer le monde / Sous la direction d'Hervé Fischer / Vol.18 N.3 2020

L’art change-t-il le monde ? *

Terry Reid

magma@analisiqualitativa.com

Pour un biographique, j’ai erré entre un CV d’attractions routières (par exemple un cerf à deux têtes) et l’évocation d’un ensemble d’activités parallèles inspirées de On Kawara (donc des informations très personnelles et d’autres très publiques), en décidant de ne pas énumérer des œuvres d’art et des rencontres professionnelles sans fin, mais plutôt de délimiter partiellement ce qui pourrait être le nœud de ma vie, à l’intersection entre activisme & communications. Les domaines d’activité que je pourrais nommer doivent être réexaminés afin d’évaluer l’étendue de leur potentiel actuel. Il faut prendre en compte les nombreux territoires connexes et j’en considère quelques-uns ici qui sont possibles. (Note de l’éditeur : comme ils sont nombreux, le lecteur le retrouvera inclus dans le texte).

 

Abstract

Qu’est-ce qui permettrait de fournir un résumé de 10 lignes pour mon préambule ? Ce n’est qu’un préambule, il précède l’introduction, qui n’a pas encore été rédigée, de ma (mes) réponse(s) incomplète(s) au thème illimité de l’art versus la société. Il s’agit d’un projet infini : des possibilités de changement sans fin.

 

IMG

Ci-dessus une image de timbres d’Hervé Fischer. Elle accompagnait l’invitation qu’il m’a adressée à participer à sa publication Art versus Société (une médecine de provocation) et voici ma réponse, qui voudrait être pluridisciplinaire. Elle ouvre la boîte. Elle ne fait qu’entamer l’examen du contenu.

 

Ce texte est écrit à la veille de l’élection américaine et de la montée de la deuxième vague de la Covid-19 : ce qui était, est et sera. Mais dans quelle mesure ?

 

Après les faits

Vient l’après effet

Trump versus Covid / Covid versus Trump

faux équivalent et / ou fausses nouvelles.

 

Le thème d’Hervé Fischer, Art versus Société, offre une perspective qui en appelle à des possibilités de changement. Considérez l’alternative, Société versus Art : nous, les artistes, serions rayés de la carte. Cela signifie-t-il qu’en tant qu’adversaires déclarés nous ne pourrions plus garder une bonne relation avec cette société de bâtards ?

 

Ou simplement une société menaçante ? Pensez à Hieronymus Bosch. Il me semble que, depuis que nous avons renoncé à une telle idée, nous avons réussi à séduire ces bâtards avec divers trucs : des danseuses de cancan ou des femmes qui se baignent, des images magnifiques imprégnées de fierté nationale ou des paysages aux couleurs vives et fascinantes, etc.

 

Laissez le cubisme de Picasso divertir votre Rubik’s cube

 

Parmi les alternatives, on peut citer l’idée de présenter des promesses, genre futurisme, d’être dadaistiquement perplexes, ou d’avoir un humour fluxuide. Piero Manzoni, qui n’était pas un fluxusiste, a mis en conserve ses crottes, étiquetées « Mierda de artista » - pour le marché de l’art. Une blague sur la Société ou sur lui-même ? Si c’est les deux, nous avons un problème à concilier les idées binaires. Plus que le tout (si moins que le tout). Indépendamment de notre habitude de regarder les œuvres d’art en fonction de leurs dates d’expiration, cela semble suggérer un pouvoir transformationnel de l’Art (si vous êtes intellectuellement détendu, appelez cela de la magie) et des artistes.

 

Entrevoyez la noirceur de l’art d’un magicien politique dans un monde lui-même devenu surréel - temps étiré et déformé par le confinement social de la Covid, dans une économie à l’envers des normes usuelles, avec des entreprises qui du fait d’une pandémie imposent moins de travail et grâce aux subventions affichent plus de bénéfices qu’avant, avec des travailleurs qui gagnent plus d’argent en restant chez eux ; les murs de nos réalités ont bougé, poussées par une combinaison de politique et de maladie vers des espaces inhabituels dans un monde devenu surréel, alors que le réel est devenu une fausse nouvelle. Des fausses nouvelles du monde, qu’interrompent des soulèvements. L’Amérique, tardivement, connaît son propre printemps arabe. Donald, le magicien, et ses « amis » sont montés sur la scène mondiale, devenus les acteurs des spectacles qui les ont métamorphosés, comme par la magie de l’art (la merde qu’il y a dans l’art), en demi-dieux et en despotes. Peut-être finalement moins de l’art qu’un film de série B, de la paranoïa dans le chaos d’un monde post post-moderne en proie à la Théorie du Complot.

 

Et je reprendrai ici l’énoncé de diverses activités de ma vie, interrompu par Hervé Fischer dans mon CV, et qui sont des alternatives que j’ai envisagées. J’ai pensé à une prise de position ironique sur le pouvoir des médias de masse (Marshall Mcluhan) ou à General Idea, un collectif canadien, ainsi qu’à Anna Banana, prenant tous deux l’identité à peine déguisée du magazine Life (General Idea avec le magazine File et Anna Banana avec le magazine Vile). Ma contribution à ce scrabble médiatique a consisté à emprunter des bannières à plusieurs journaux, puis à utiliser les pages d’information dans un esprit d’irrévérence collective, y mêlant seulement parfois des nouvelles pertinentes, allant ainsi du défi dadaïste à la logique des prédictions les plus déconcertantes de catastrophe nucléaire.

 

Parmi les notes positives récentes de ma vie, je pourrais citer des expositions construites selon des scénarios évoquant une fusion critique entre un art poivré et une société pointilleuse. Je pense à cette « Preuve positive que l’Allemagne devient une banane » d’Anna Banana, interprétée à l’origine en Allemagne au moment de la réunification (finalement, les Allemands de l’Est pouvaient obtenir les bananes qu’ils désiraient), et à M. Peanut, qui faisait des claquettes pour répondre aux questions de la presse, alors qu’il se présentait comme candidat à la mairie de la ville de Vancouver : des fictions personnelles se conjuguant avec les rites politiques.

 

Je pourrais citer aussi « My SECREt eXCHANGE » en 1976 à la Biennale de Sydney, ou plus récemment, en 2012 l’exposition « Tell Me Tell Me » au Musée national d’art contemporain de Corée. Ou encore Ken Friedman, avec Omaha Flow Systems (1973), bouleversant la fonction du musée d’art pour impliquer directement le public dans un échange matériel avec les artistes participants - des échanges réciproques.

 

Image Bank a été très important, avec ses expériences événementielles (l’événement comme art) dans une imitation absurde d’un Hollywood autopromoteur (l’autopromotion, un jeu qui se pratique tellement !). Ils se sont réunis en masse avec des amis à Los Angeles pour une célébration glamour simulant une remise de prix fantaisistes au nom d’une prétendue Académie. En 1975, dans le cadre d’une exposition-événement, j’ai organisé « Mask/Show » (suivi par le « Mask Ompendium »), qui s’est avéré très explicite. J’ai également puisé dans la revue Time mag (Shock of the New), une déclaration de Robert Hughes décrivant de manière très précise sa relation avec le monde de l’art en se présentant comme « comme le pianiste d’un bordel ». Une critique provocante. En réponse, j’ai organisé l’événement « Whorehouse of Art », des performances mettant en scène mon interprétation personnelle et/ou ma sensibilité.

 

Puis j’ai pensé qu’une pratique en réseau serait plus pertinente pour traiter la problématique « Art versus Société » et j’ai décidé que c’est ainsi que je pourrais le mieux développer ma démarche, en la partageant avec d’autres - une école d’art, comme on dit, expérimentale - appelée « play » - que je poursuis encore aujourd’hui, même si on la classe de façon si trompeuse sous la rubrique trop simplificatrice de l’« art postal »). J’utilise aussi bien les anciens médias que les nouveaux, exploitant les avantages de l’impression numérique, aussi bien que ceux de la performance de groupe de téléphones portables à plusieurs personnes en déplacement, ou ceux du réseautage instantané sur les plateformes sociales. La danse - le correspondance art – continue ! Est-ce que c’est une simple bavette ? Un échange entre des oiseaux ? Non, c’est Icare qui danse vers le soleil.

 

Grand théoricien de la mise en scène, Vittore Baroni titille la question en invoquant la décentralisation des réseaux. Je sens que la décentralisation peut nous permettre d’élargir (notre) effet social (au-delà du monde de l’art), dans ce qui, malgré la coloration belligérante des sentiments nationaux croissants, même maladroitement, ne peut que continuer à devenir un monde moins éclaté et plus global.

 

Trumperie & Trumpettistes & Trumpettes

 

Donald (même nom que le canard, assez proche de McDonald) Trump et la Covid-19 sont nos alias d’Art versus Société. Trump est un « pseudo » acteur (artiste sans art ?), la Covid son décor de scène (réel / symbolique) du malaise social. L’homme est-il en résonance ou en rupture avec le public ? Avec le problème supplémentaire que les deux pourraient bientôt avoir disparu de la scène, comme la peste bubonique (voir 1984 de George Orwell), ou que cet autre George, moins important, George W., qui n’est plus guère mentionné malgré son obsession aveugle d’écrire un chef-d’œuvre géopolitique (Jesse James, mort ou vif) en amenant un homme, Saddam Hussein, devant la justice (c’est-à-dire la potence). Il a eu son homme, mais cela a coûté la vie à un million d’Irakiens (et ce n’est pas fini). Avec un million de morts, combien de blessés ? La vie peut devenir mortelle lorsqu’elle cherche à imiter l’art de la diplomatie. L’art de la géopolitique sculptant la chair de la société à la hache.

 

Imaginez :

six millions de personnes échappent au désastre, vidant Los Angeles

et San Diego, ralentis dans leur fuite par le Mur de Trump, alors que les

Américains cherchent refuge au Mexique !

 

La société crée les frontières qu’on doit respecter

Versus

L’art regarde les frontières qu’on doit franchir.

 

L’élimination de l’« oppresseur » et la « libération de l’Irak » ont forcé six millions de personnes à fuir leur foyer ; les réfugiés se sont dispersés au-delà des frontières dans les pays voisins aux capacités d’aide limitées ; la guerre a pris fin, mais pas ses effets. L’Irak (mais pas son pétrole) a été abandonné à lui-même, sans aide. La guerre a fait passer l’Irak d’un État fonctionnel à un état de dysfonctionnement. Des vies qu’on a froissées et jetées comme les feuilles de papier de mauvais dessins d’une classe de modèles vivants.

 

La modernité est un animal à deux bras. Une main crée, l’autre détruit. L’art, comme tous les domaines d’activité, crée du bon, du mauvais et du laid versus (et pour) le contexte social. En ce qui concerne l’Irak, j’ai transporté la toile de fond, Bagdad, par exemple, sous les bombes, à New York, par exemple, sous la COVID. Le diable (comme une mascarade de nouvelles), n’est plus seulement en petits caractères, mais s’y donne en spectacle.

 

L’Irak, abandonné dans un état désespéré, s’est retrouvé soumis à la montée en puissance persistante d’un État islamique (nécessairement) violent, tandis que George W., par qui tout est arrivé, a disparu depuis longtemps de la scène. Du côté incertain de notre versus il peut sembler que la Peste Noire, depuis longtemps terminée, n’est pas plus effrayante que l’Halloween, une nuit joyeusement effrayante pour tous nos morts, lorsqu’ils ont l’occasion de partager une friandise avec nous. Mais attention, l’horizon est lourd de plus de menaces virales que la seule COVID-19 ; et dans cette attente, Trump continuera à hanter nos sociétés pendant des siècles, comme le Fantôme de Banquo. L’histoire nous hante

 

Oprah et Chopra se présentent aux élections pour la Maison Blanche.

Oprah pour la Présidence, Deepak comme colistier.

La Téléréalité prend possession du Bureau ovale.

 

Mon message a été (Art) versus Dump Trump, mais est-ce possible ? Y sommes-nous parvenus ? Il semble plutôt que sur ou hors du trône, il est là pour rester. Pour ne jamais s’en aller ? L’écrivaine Evelyn Juers identifie le problème (celui de la Société) dans un échange de courriels qui insiste sur ce point.

 

De: terryreid terryreid, Re-3.

À: Evelyn Juers, Giramondo Press.

Un post-scriptum pour vos amis pompiers.

 

C’est écrit sur le mur et ça dit… Donald est le chef pyromane

 

De : Evelyn Juers.

À : terryreid terryreid.

Il y a toutes sortes d’incendies et quelques incendiaires en chef, Bolsonaro attisant les flammes en Amazonie, Poutine en Sibérie... et tous ceux qui les maintiennent au pouvoir.

 

Enfin, on passe derrière l’écran des urgences distrayantes (Politique versus Épidémiologie) à celui de l’urgence implacable (le Peuple versus l’Écologie). Distraits par la terreur permanente des nouvelles en cascades, avec leurs agendas cachés, nous perdons de vue le véritable enjeu, qui n’est pas Trump (comme l’Art, mais mauvais) versus la Société (avec son cortège de vies perturbées ou détruites). Le vrai problème, c’est la Société (nous collectivement) versus la Terre (avec notre ignorance incessante de la nature). C’est nous qui sommes le problème. Ce n’est pas un problème facile à corriger. Et le résultat c’est la Catastrophe Climatique.

 

Cela demandera bien plus que de concilier des idées binaires. Plutôt des complexités financières de Sécurisation de ce monde en proie à une CFM - Crise Financière Mondiale. « Croyez-moi, j’ai une grande expertise. Vous en profiterez dans l’extrême pauvreté ». L’Effondrement du Climat est bien plus grave que cela, ou que des mauvaises politiques et des maladies. De l’Effondrement Climatique, il n’est pas possible de s’en remettre.

 

Judy Lee Barnsley : Pour ce texte, vous avez besoin d’un résumé qui nous ramène à votre thème principal : l’art change-t-il le monde ?

Moi : L’art dans sa recherche est plus susceptible de remettre en question ses propres prémisses que le statu quo social. La société se sent rassurée ou indifférente en regardant les exercices de Gymnastique de l’art dans sa Jungle. On peut dire que l’art se transforme principalement lui-même (tout en cherchant à attirer l’attention). Les gens qui remplissent les musées comprennent-ils l’intérêt de l’art qu’ils voient ? Pour Guernica, c’est facile, mais, pour Warhol ? Qu’est-ce que les gens pensent qu’il faisait ? Personne ne l’est demandé. L’œuvre d’art est comme une icône slave ; elle a une « essence » sacrée. Il semble que les gens soient d’accord avec cela, au point de n’avoir plus besoin de savoir ce que l’œuvre signifie. Regardez l’art, soyez sanctifiés !

Vous aurez remarqué que j’utilise la catégorie « Art » dans son sens exploratoire, incluant largement les apports créatifs de tous les domaines d’activité humaine - l’exploration de leur plasticité ou de leurs potentiels d’innovation.

Oui, l’art est transformationnel, regardez-moi. En plein dans le mille. Pas de retour en arrière. Mais Trump en artiste de performance inspiré ? Cela montre qu’il faut encore s’assurer du mérite d’une œuvre !

 

Judy Lee : Un autre de vos points : L’art a-t-il une date limite d’expiration ?

Moi : Tout ce qui se trouve de ce côté-ci de l’éternité a une date limite d’expiration. Même Dieu. N’est-ce pas toi qui m’as dit que Dieu est mort ? Ou était-ce Fukuyama ?

 

Judy Lee : Et qu’avez-vous décidé dans ce débat, l’Art versus la Société ?

Moi : Que diviser la réalité en idées binaires peut valoir comme norme sociale. Débattant de la lumière et de la perversité, nous en usons comme d’un divertissement moral. - Comme dans des débats entre groupes académiques ou entre partis politiques, ou entre le procureur qui mène l’accusation versus la défense (par exemple, du point de vue des moins riches et des pauvres, ou de ceux dont la couleur de peau laisse présager qu’ils vont mal s’en tirer. La toile de la vie est complexe. Pour prévenir l’Effondrement du Climat, il faut se concentrer sur la myriade d’aspects dont nous oublions que nous sommes partie prenante. L’avenir doit être géré de manière experte par des esprits spécialisés. Non pas, comme cela a été le cas jusqu’à présent, avec des mégaphones de colporteurs de carnaval.

 

Judy Lee : Que signifie le « trumpisme » dans ce dilemme ?

Moi : C’est la question ! Il semble que plus nous sommes grands (collectivement), plus les trompettes sont grandes. Le trompettisme, qui était là avant Trump, et qui ne partira pas avec lui, montre l’échec universel de notre éducation, de nos médias, et, par conséquent, de notre démocratie. Comme l’autruche, nous ne voulons pas de problèmes. Nous n’aimons pas nous frotter aux choses complexes et difficiles. Beaucoup d’entre nous voulons une vie puissante, rapide, brillante et élégante, dotée de nageoires, alors nous votons (majoritairement) pour celui qui est lisse comme une mer d’huile et qui a une nageoire.

 

Le problème de faire partie d’un tout social, c’est que le type qui nous a infligé une morsure de requin, c’est aussi nous. C’est nous (collectivement) qui l’avons mis là. Nous sommes une société qui se mord la jambe.

 

Un autre problème, c’est de se sortir de la piscine noirâtre des arts pour revenir à l’air frais de la magie transformationnelle de l’art qui sera capable (pour une courte période) de soigner la morsure de requin. Ce mouvement peut prendre plus de temps que nous n’en avons. Mais, si Dieu, me disent-ils, n’est pas éternel, l’espoir, me disent-ils, jaillit éternellement.

 

(Non sans maladresse, on peut changer de métaphore plus vite que le poney express ne change de chevaux).

 

Les courriels ci-dessous nous confrontaient à un seul loup (ou à un requin déguisé en loup). Mais toute la meute est là maintenant, à la porte de la maison de paille où nous vivons.

 

Du point de vue d’Evelyn Juers (dans son courriel ci-dessus) qui nous a horrifié, on ne se débarrasse pas de lui aussi facilement. Il part, mais pas la meute qu’il mène. Il reste là et la meute aussi.

 

Une fois Trump parti comme la poussière s’en va, le Trumpisme (qui était là avant lui) est encore là, et reviendra comme les futures pandémies arriveront par vagues. L’un et l’autre sont des problèmes universels, et aux États-Unis, on ne les met pas en quarantaine. Un « leader » / un leadership ne peut se maintenir sans un soutien substantiel, qu’on va chercher d’une manière ou d’une autre, dans la masse des gens d’en bas. Cela vaut pour tous les Don Trump, comme pour les Joe Staline, comme pour les M. Bon Garçon.

 

Mais, si l’efficacité proclamée du néo-capitalisme nous a menés à une crise financière mondiale, et si la démocratie en vigueur a pu produire Orbán, Bolsonaro et Trump, à qui pouvons-nous faire confiance pour avoir (quel qu’en soit le sexe) M. Bon Garçon ? Et quant aux marées de pandémies mondiales, ne sont-elles pas aussi incontournables que la Crise Climatique qui nous attend ? Et qu’est-ce que l’art peut faire de toute façon ?

 

Dans l’esprit du réseau internet, j’attends vos solutions.

 

Avec des remerciements à Pete Farrar, Judy Lee Barnsley.

 

Le fantôme de Banquo a accompagné Pete au banquet. Ils ont partagé une modeste fondue au fromage alors que le fantôme se lamentait sur la Disneyfication de la Sainte Soirée avec des tours d’illusionnistes et des friandises, tandis que la dure réalité de ce qui nous arrive, avec ses réelles conséquences, perdure à nos risques et périls.

 

Judy Lee, quant à elle, se régale en toute confiance des catastrophes passées et imminentes avec des échantillons de produits gastronomiques, certaine que des mets si brillamment préparés produiront des solutions géniales.

 

En guise de post-scriptum, je dois ajouter que ce que j’ai écrit ci-dessus n’est destiné qu’à servir d’introduction aux contributions encore à venir de l’enquête (c’est ce que je suppose) en cours d’Hervé Fischer dans le désordre de l’ordre mondial, afin qu’un rééquilibrage puisse advenir sur le bon versant du trop tard.

 

Mon choix de jouer la carte Trump contre celle de la Covid-19 a entièrement dépendu de son invitation à contribuer à Art versus Société. Car son invitation était accompagnée d’un exemplaire du timbre-poste mondial eMail ePostage de Fischer avec une note en bas de page indiquant son désir d’éradiquer la Covid et Trump – stamp / stamp out.

 

Bien que j’aie désigné Trump comme le mauvais acteur (Art) dans une rencontre maladroite (versus) avec un monde (Société) devenu toxique avec la Covid-19, je n’ai voulu y voir qu’une introduction aux problèmes sous-jacents et permanents auxquels sont confrontés les personnes concernées qui réfléchissent - par opposition aux personnes surmenées et irréfléchies. Notre croyance en la démocratie (quelque part entre la foi et l’idéologie) est fondamentale pour compenser l’échec de l’éducation à préparer les gens aux exigences d’une citoyenneté engagée et efficace.

 

Le gouvernement et l’éducation sont, tout comme la bureaucratie et les entreprises, organisés du haut vers le bas. Voyez la réalité de l’arnaque avec la démocratie : « tantôt vous la voyez, tantôt vous ne la voyez pas ».

 

Le concept de réseau, tel qu’il est formulé par l’artiste fluxus, philosophiquement intuitif, Robert Filliou (ce qu’il appelé le réseau éternel), nous propose une nouvelle vision de la structure sociale. Il offre une échappatoire à l’étranglement auquel nous soumettent les princes du pouvoir - un pouvoir qui nous conduit à la destruction continue de la planète.

 

Et il faut garder à l’esprit qu’il n’y a pas de retour possible à une planète Terre antérieure providentielle. En ce qui concerne la vie terrestre, les changements déjà effectués seront sans retours. Et les changements provoqués par l’homme se poursuivront. Si les arts et les sciences doivent jouer un rôle significatif, ce sera par rapport à la stupidité (collective) de la société.

 

En attendant, je vous ai joint ci-dessous une petite œuvre (assez grande pour un autocollant) de la Bibliothèque mondiale d’art en circulation continuelle. Quand vous en aurez fini avec elle, datez et signez puis faites-la suivre à une autre personne de votre choix. Cette œuvre de la Bibliothèque d’Art en Circulation ne doit pas cesser de circuler jusqu’à ce que le réchauffement climatique mondial fasse fondre vos baskets comme du chewing-gum et que vous soyez englué sur place pour l’éternité. L’idée est que le meilleur de nos pensées circule continument par l’écrit comme par l’art, de personne en personne, comme une boule d’énergie qui rebondit. N’hésitez pas à y apporter des améliorations. Very best, not.terryreid

 

À poursuivre, si le temps le permet.

 

IMG

* Traduit de l’anglais par Hervé Fischer.

IMG

Download Vol.18 N.3 2020

DOAJ

LES CAHIERS DE M@GM@

ARACNE ÉDITIONS